La navigation sur ce site n'est pas optimisée pour votre navigateur

Veuillez utiliser une version récente de Google Chrome, Mozilla Firefox, Safari ou Microsoft Edge pour profiter au mieux de l'expérience.

Trouver un navigateur moderne
Filles à Papa : une décennie de mode cool et ‘outsider’

Filles à Papa : une décennie de mode cool et ‘outsider’

Categorie: Interviews
Date de publication:
©Filles à Papa - AW20

Carol et Sarah Piron, la trentaine toutes les deux, sont à la tête d’un label de mode, Filles à Papa (FÀP studio) à dimension internationale qui, en une décennie, a su trouver sa place sur un marché ultra concurrentiel. L’occasion de nous entretenir avec les sœurs liégeoises dans leur showroom-atelier installé dans cette province wallonne marquée par sa culture industrielle.

©Filles à Papa - SS17
Le studio  est installé dans le zoning des Hauts-Sarts en périphérie de Liège, là où tout a commencé. Racontez-nous votre histoire.

Ce n’est pas vraiment un choix dans le sens où FÀP est une marque authentique. Les ‘vraies’ histoires que nous racontons chaque saison sont intimement liées à la nôtre. Ma sœur et moi avons grandi ici, dans un environnement industriel. Ces influences liées à la profession de notre père, mais aussi au cercle d’artistes et de créatifs que nous avons côtoyés à Liège (musiciens, peintres, grapheurs…) ont forgé notre identité. FÀP, c’est aussi la pop-culture, des fragments de notre enfance dans les années 80. Dans nos collections, on trouve donc des imprimés Tropico ou Cara Pils, des références au motocross et aux initiales de la marque, un clin d’œil qui résume bien notre côté décalé à interpréter au second degré. 

D’emblée, vous avez créé un univers empreint de contrastes où ces influences hybrides se mêlent à d’autres, très luxueuses. Je pense notamment au choix des matières qui composent vos vêtements.

Oui, de la soie, du cuir, mais aussi du denim que nous ornons de sequins ou de broderies. Certaines pièces sont façonnées à la main dans un atelier en Inde, propriété du créateur de mode anversois Dries Van Noten.

©Filles à Papa - SS15
Vos collections sont sans compromis, tout comme l’image que vous avez donné à la marque ?

On travaille de façon hyperinstinctive. On n’a pas d’héritage mode, c’est important de le préciser. Avec FÀP, nous réinventons une mode néo-90’s privilégiant l’humour (qui renvoie à une façon de voir l’époque), la liberté et l’ultraféminin. Même s’il y a un côté sexy et je m’en-foutiste complètement assumé, c’est ce qui nous différencie des autres marques, ce truc de liberté et de message positif à travers nos vêtements et nos campagnes.

Pour nous il n’y a pas vraiment de frontières entre ce qui est beau et laid, on le traite de la même façon. On adore jouer avec le mariage des contraires, amener de multiples informations dans la création de la collection, mêler un univers à un autre, qui n’a rien à voir et qui donne ainsi quelque chose de plus nuancé. 

Ce truc intuitif est difficilement explicable. Aves les années et le recul, on peut reconnaître ce que l’on fait spontanément, en tout cas, ce sexy assumé, cette envie de balancer les codes, d’être transgressive, au niveau de l’image et des collections. Elles ont grandit avec nous. 

Cette identité n’a fait que se confirmer avec le lancement de Tomboy, une collection devenue une marque à part entière, complément évident de votre première ligne.

Au-delà de son succès commercial, Tomboy a montré le caractère revendicateur de FÀP. Beaucoup de pièces que nous créons constituent de vraies déclarations. Compte tenu du caractère très réfléchi de nos créations et de notre volonté de viser une approche subtile, plutôt que le buzz gratuit, nos pièces parlent généralement d’elles-mêmes. Une photo de Marion Cotillard en FÀP parue dans un magazine français était accompagnée de la légende : « Pour celles qui en ont ». Pour nous, c’est la meilleure définition de notre travail.

© Filles à Papa - Coll. TOMBOY
© Filles à Papa - Coll. TOMBOY
Quelle est votre vision pour la marque ? 

En dix ans, nous avons fait de Filles à Papa une référence dans le streetwear contemporain. Notre prise de parole esthétique et notre garde-robe a séduit certains des retailers les plus prestigieux aux quatre coins du monde et bon nombre de célébrités y restent fidèles de saison en saison.

2021 amorcera une nouvelle page de l’histoire de FÀP. Dès janvier, nous dévoilerons un nouveau projet affranchi des saisonnalités et misant sur le collectif. Parce que le monde et la mode évoluent, nos envies aussi. Nous voulons plus que jamais asseoir la marque dans une réalité qui nous correspond, en accord avec notre approche délirante, mais aussi maîtrisée de la création.

Interview par

Marie Honnay

Plus d'infos
En collaboration avec

WBDM s’associe à TLmagazine pour promouvoir et diffuser la créativité et le talent belges à l’international. Pour découvrir plus d’articles sur la créativité belge, rendez-vous sur TL Magazine.

Promoting Creative Minds

Ce site utilise des cookies
Nous utilisons des cookies et des technologies similaires pour ajuster vos préférences, analyser le trafic et mesurer l’efficacité de nos campagnes. Vous consentez à l’utilisation de nos cookies en continuant à naviguer sur ce site.
Plus de détails
Nom Description
Google Analytics Cookie de Google Analytics nous permet de comptabiliser de manière anonyme les visites, les sources de ces visites ainsi que les actions réalisées sur le site par les visiteurs.
Nom Description
Google Tag Manager Cookie de Google Tag Manager nous permet de mettre en place et gérer l'envoi des données sur Google Analytics.