La navigation sur ce site n'est pas optimisée pour votre navigateur

Veuillez utiliser une version récente de Google Chrome, Mozilla Firefox, Safari ou Microsoft Edge pour profiter au mieux de l'expérience.

Trouver un navigateur moderne
Merel Hart : une quête d’intimité

Merel Hart : une quête d’intimité

Categorie: Interviews
Date de publication:
Aurore De Heusch © Merel Hart
Aurore De Heusch © Merel Hart

Dans un monde où d’innombrables images sont consommées quotidiennement, que ce soit sur nos téléphones, écrans d’ordinateur ou de télévision, la photographie de mode a tendance à crier plus qu’à chuchoter, à la recherche d’un impact instantané plutôt que d’impressions durables. Les images perdent une partie de leur subtilité pour devenir évidentes et aisément déchiffrables.

La photographe bruxelloise Merel Hart est clairement consciente de la résistance par rapport à ces simplifications. Ses images de mode, qui mettent souvent en scène des mannequins à la manière d’un documentaire, parlent davantage de moments partagés que de pure séduction. Le toucher doux et honnête de Hart l’a rendue célèbre auprès des jeunes marques, et elle a travaillé pour Façon Jacmin et NO/AN, en photographiant leurs lookbooks ou leurs campagnes saisonnières.

Nous avons rencontré la photographe autodidacte pour parler de sa relation avec les modèles, de la façon dont elle perçoit son propre style et pourquoi ses souvenirs d’enfance sont toujours liés à la mode.

Façon Jacmin © Merel Hart
La photographie était-elle un choix de carrière évident pour vous ?

Pas du tout. J’étais une assez bonne étudiante et j’ai fini par aller à l’Université de Paris où j’ai fait des études politiques et américaines. J’ai obtenu mon diplôme et poursuivi mes études pour obtenir un diplôme de troisième cycle aux États-Unis. Comme j’y avais du temps libre et que je pouvais m’inscrire à tous les cours que je voulais, j’ai décidé de choisir l’histoire de l’art.

Était-ce un déclencheur créatif pour vous ?

Après avoir vu plusieurs expositions et m’être vraiment intéressée au travail de certains de mes artistes préférés, j’ai réalisé qu’une carrière universitaire n’allait pas me combler en tant qu’individu. Quand j’ai quitté les États-Unis, j’ai choisi de ne pas retourner à Paris, mais de déménager à Bruxelles, car je voulais changer de carrière.

Fuckingyoung © Merel Hart
C’était quand ?

C’était il y a 20 ans.

Vos parents sont-ils belges ?

Non, ils sont hollandais et je suis née en France.

Vos parents étaient-ils créatifs d’une manière ou d’une autre ?

Ma mère dessinait et peignait beaucoup étant enfant, ce qui a dû m’influencer. Mon père faisait aussi beaucoup de photos. Quand j’ai déménagé en Belgique, j’ai commencé des cours du soir de photographie, car je travaillais comme traductrice pendant la journée. Je suis essentiellement autodidacte et j’ai appris la technique au fil des ans. Quand j’ai pris confiance en moi en tant que photographe, tout est allé assez vite.

Façon Jacmin © Merel Hart
Comment en êtes-vous arrivée à faire de la photographie de mode ?

Je dois dire que j’ai toujours été dans la mode. À l’époque, il y avait beaucoup d’images de mode que je trouvais médiocres, justement parce que j’avais une formation technique. J’imagine que j’étais attirée par la mode quand j’étais adolescente, car je voulais me sentir unique et ne pas m’habiller comme tout le monde. C’était une façon pour moi d’affirmer mon identité. Je me souviens être allée à Amsterdam avec ma sœur et nous y avons fait du shopping ensemble, pour dénicher Le modèle dans les magasins vintage de la ville. Et ma mère lisait Marie Claire, ce qui, je suppose, a été ma véritable introduction aux magazines.

Il y avait de grands photographes qui y travaillaient à l’époque : Roversi, Issermann, Lindbergh et bien d’autres. Le magazine a-t-il eu une grande influence sur vous ?

C’est marrant, parce que je ne pense pas que j’étais vraiment consciente de qui ils étaient, mais j’aimais découper les pages et dessiner les images sur des feuilles de papier séparées. Je n’étais intéressée que par les éditoriaux de mode et impressionnée par ce que les photographes pouvaient créer avec un seul modèle. Je me souviens avoir été assez obsédée par les codes traditionnels de la féminité à l’époque : hauts talons, taille fine et cou gracieux. Ma mère s’habillait souvent.

No Anstudiob © Merel Hart
Cela vous a-t-il influencée ?

Certainement. Ma mère ne me laissait pas entrer dans sa chambre, mais je lui ai souvent désobéi. Elle avait des cuissardes, de magnifiques jupes longues et des manteaux de fourrure dans son placard. C’était un monde glamour et féminin, dont j’étais privée en quelque sorte.

Était-ce intimidant ou attrayant ?

C’est une bonne question. Je suppose que c’était assez séduisant, et ça l’est toujours aujourd’hui. Je pense que j’aurais aimé devenir ce personnage, mais ce n’était pas possible à l’époque. Je voyais cette féminité, mais je ne pouvais pas l’explorer.

Items © Merel Hart
C’est intéressant, car les femmes que vous photographiez sont souvent androgynes.

J’imagine que je me considère un peu comme un garçon manqué.

Les modèles sur vos photos ne sont pas du tout intimidants. En fait, ils se sentent accessibles au spectateur, elles ont un côté intime.

C’est bien que vous l’ayez remarqué, car c’est exactement ce que je recherche. Je ne cherche pas non plus à mettre qui que ce soit mal à l’aise. La photographie me permet de créer une relation intime avec mes modèles, beaucoup plus rapidement que dans des circonstances normales.

Comment définiriez-vous votre propre style ?

Je passe beaucoup de temps à réfléchir à des compositions insolites, mais je n’aime pas les images trop construites. Ce qui compte, c’est qu’on ressente une émotion. D’une certaine manière, l’image doit pouvoir se justifier. Elle doit avoir une raison d’être.

Fuckingyoung © Merel Hart
Faites-vous beaucoup d’expériences beaucoup pendant les shootings ?

Je suis à la fois voyeur et instigateur. Il y a des éléments qu’on ne contrôle pas lors d’un shooting, et je suis toujours ouverte à ce qui se passe malgré l’idée que j’ai en tête, ce qui inclut les modèles, le lieu et les vêtements.

Comment faire en sorte que les mannequins se sentent à l’aise devant l’appareil photo ?

Je suis probablement plus mal à l’aise qu’eux… (rires) il n’y a pas de pression pour moi sur le plateau, car il ne s’agit pas de séduction instantanée.

Items © Merel Hart
Pourquoi aimez-vous travailler avec de jeunes créateurs ?

C’est excitant de faire partie de leur monde et de les aider à développer leur image et leur identité. C’est souvent un challenge, car il faut travailler avec des contraintes spécifiques, mais je trouve cela gratifiant sur le plan créatif. Je sens aussi que les créateurs peuvent bénéficier de mon regard et de mon expérience. Je suppose que mes images gratifient aussi leur propre style, et c’est un bonheur quand les gens voient cela. Ça les encourage à continuer et à se développer davantage.

Pourquoi les créateurs belges sont-ils si créatifs ?

Les écoles de mode sont incroyables ici et les étudiants disposent de grands créateurs pour modèle. Ceci place la barre assez haut, et explique pourquoi certaines collections de diplômés sont si incroyables.

Entrevue par

Philippe Pourhashemi

Plus d'infos

Promoting Creative Minds

Ce site utilise des cookies
Nous utilisons des cookies et des technologies similaires pour ajuster vos préférences, analyser le trafic et mesurer l’efficacité de nos campagnes. Vous consentez à l’utilisation de nos cookies en continuant à naviguer sur ce site.
Plus de détails
Nom Description
Google Analytics Cookie de Google Analytics nous permet de comptabiliser de manière anonyme les visites, les sources de ces visites ainsi que les actions réalisées sur le site par les visiteurs.
Nom Description
Google Tag Manager Cookie de Google Tag Manager nous permet de mettre en place et gérer l'envoi des données sur Google Analytics.