La navigation sur ce site n'est pas optimisée pour votre navigateur

Veuillez utiliser une version récente de Google Chrome, Mozilla Firefox, Safari ou Microsoft Edge pour profiter au mieux de l'expérience.

Trouver un navigateur moderne
Isabelle de Borchgrave: une créativité sans limites

Isabelle de Borchgrave :
une créativité sans limites

Categorie: Interviews
Date de publication:
(c) Michel Figuet

Tout à fait unique et échappant à toutes les catégories habituelles, Isabelle de Borchgrave travaille avec le papier depuis déjà plusieurs décennies. Fascinée par la mode et les textiles dès son plus jeune âge, l’artiste belge a construit une œuvre impressionnante et plutôt personnelle, de la peinture au mobilier en passant par la sculpture et le dessin.

En visitant son merveilleux atelier bruxellois, on ne peut s’empêcher d’avoir l’impression d’entrer dans un paradis privé, rempli de plantes, de couleurs, de poissons et d’œuvres d’art. Le monde d’Isabelle procure un sentiment extrêmement envoûtant et exubérant qui vous plonge instantanément dans une fantaisie vivante associée à la totalité de la vision d’un artiste. Son empreinte est tellement forte que tout ce qu’elle touche devient indéniablement sa propriété, et son énergie et son enthousiasme sont dès lors contagieux.

Isabelle de Borchgrave se réjouit visiblement de la pluralité de ses compétences et du fait d’avoir plusieurs projets en cours. Nous nous sommes entretenus avec cette artiste pleine d’énergie pour évoquer ses humbles débuts en tant que designer. Nous avons compris que le papier était sa spécialité créative et pourquoi elle n’est pas du genre à se reposer sur ses lauriers.

Avez-vous dessiné toute votre vie ?

Le dessin est une activité à laquelle je m’adonne depuis l’enfance. Lorsque j’ai grandi, de grands bals et des fêtes étaient souvent organisés et je me souviens avoir fait mes propres robes quand j’avais 17 ou 18 ans. Ces fêtes étaient tout simplement exceptionnelles. Les femmes portaient des robes, des bijoux fantaisie et j’ai commencé à peindre sur des tissus, ce qui était assez inhabituel à l’époque. À mes débuts, je confectionnais moi-même les robes, mais je me suis vite rendu compte que je n’étais pas particulièrement douée pour la couture, et j’ai donc engagé une couturière qui développait tous les vêtements avec moi.

(c) Isabelle de Borchgrave
Outre le papier, le tissu semble jouer un rôle prépondérant dans votre travail. Pouvez-vous expliquer pourquoi ?

Je collectionne les tissus depuis aussi longtemps que je me souvienne. Je suis tout simplement fascinée par le temps et l’énergie que les gens consacrent à tisser, imprimer ou broder des textiles. Chaque morceau de tissu a sa propre histoire et une âme. Quand j’étais adolescente, les gens étaient beaucoup plus “manuels” qu’aujourd’hui. Très vite, ils ont commencé à acheter mes robes et j’ai fini par ouvrir une petite boutique où les clients pouvaient venir les commander.

Tout était fait à la main ?

Oui. Et peint à la main.

(c) Isabelle de Borchgrave
Tout cela ressemble à de la haute couture pour moi.

Exactement. J’avais un atelier à l’époque et je peignais tout, de la soie au cuir. Je suis ensuite passée logiquement de la mode à la décoration intérieure, en développant des tissus pour rideaux, coussins et autres accessoires.

(c) Isabelle de Borchgrave
Y avait-il des limites dans la mode qui vous dérangeaient ?

Non. J’étais passionnée par la mode et j’aimais vraiment ça, mais les clients ont commencé à m’ennuyer. Ils étaient si difficiles et exigeants que, d’une certaine manière, cela m’a découragée. Je suis partie aux États-Unis et j’ai commencé à y vendre mes tissus. Lorsque j’étais à New York, j’allais toujours dans les musées et je me souviens avoir eu un choc total en voyant cette merveilleuse exposition sur la mode et le mobilier au 18e siècle au Metropolitan Museum of Art. Pour être honnête, j’en ai été bouleversée et j’ai commencé à être obsédée par les tissus anciens. Grâce à un ami commun, j’ai rencontré ce collectionneur qui possédait tous ces vêtements et accessoires de cette époque. Je ne peux même pas me rappeler combien de jours j’ai passés là-bas. J’étais sous le charme !

(c) Isabelle de Borchgrave
Est-ce que cet événement a été un tournant pour vous et la façon dont vous avez commencé à travailler avec le papier ?

Oui, parce que je voulais ces robes, mais je ne pouvais pas les avoir. Je n’arrêtais pas de penser à la façon dont je pourrais les recréer, et j’ai commencé à les reproduire en version papier. Je ressentais de la joie à l’idée de recréer l’histoire et j’adore cette notion de trompe-l’œil permanent. Au début, je ne travaillais qu’avec un seul type de papier, qui est ensuite devenu de la soie, du coton ou tout autre tissu que je voulais. J’ai compris à l’époque que les possibilités étaient infinies.

(c) Jean-Pierre Gabriel
Votre atelier ici est magnifique, et il y a des milliers de dessins disponibles. Vous avez peur d’être à court d’idées ?

Pas vraiment. J’ai généralement plusieurs commandes en même temps et je dis rarement non. Je suis une personne active et je n’aime pas rester sans rien faire. Si je ne peux pas créer, je ressens de l’anxiété et je suis profondément frustrée.

Le 19novembre, vous dévoilerez « Gingko » à Paris, votre dernier projet avec le fleuriste français Christian Tortu. Pouvez-vous décrire votre relation avec lui ?

Christian est un ami proche et je le connais depuis 40 ans. Il est un véritable innovateur et un homme extraordinaire. En réalité, il est assez sensible et fragile et a connu des difficultés tout au long de sa carrière, mais il adore parler et est vraiment passionné par son travail.

J’ai également entendu dire que vous prévoyez d’organiser une grande exposition sur Frida Kahlo, qui sera dévoilée en Belgique l’année prochaine.

Oui, même si je ne peux pas en dire plus, je suis totalement immergée dans son monde pour le moment.

Kahlo a souffert physiquement et psychologiquement tout au long de sa vie. Pouvez-vous vous identifier à elle d’une certaine manière ?

Je pense que je sais ce que peut être la douleur mentale, mais heureusement, je n’ai jamais enduré ce qu’elle a dû subir physiquement.

Vous échappez à toute définition. Est-ce un avantage ou un inconvénient ?

Je suppose que les gens ne savent pas vraiment quoi faire de moi, surtout en Belgique où les opinions peuvent être plus conservatrices en matière de disciplines. Je ne suis pas assez conceptuelle, engagée ou intellectuelle pour le monde de l’art, mais je ne suis pas non plus là pour plaire à tout le monde. J’aime simplement créer et être polyvalente dans mon approche.

Interview par

Philippe Pourhashemi

Promoting Creative Minds

Ce site utilise des cookies
Nous utilisons des cookies et des technologies similaires pour ajuster vos préférences, analyser le trafic et mesurer l’efficacité de nos campagnes. Vous consentez à l’utilisation de nos cookies en continuant à naviguer sur ce site.
Plus de détails
Nom Description
Google Analytics Cookie de Google Analytics nous permet de comptabiliser de manière anonyme les visites, les sources de ces visites ainsi que les actions réalisées sur le site par les visiteurs.
Google Tag Manager Cookie de Google Tag Manager nous permet de mettre en place et gérer l’envoi des données vers les différents services d’analyse repris ci-dessous (ex.: Google Analytics)
Nom Description
epic-cookie-prefs Cookie qui garde en mémoire le choix de l'utilisateur pour ses préférences cookies
pll_language Le serveur enregistre la langue choisie par l'utilisateur pour afficher la bonne version des pages