Retour à la liste complète

St’Art Système Mode - 19 novembre 2015

St’art, c’est un fonds d’investissement de capital-risque pour entreprises créatives, art, numérique, mais aussi design et mode. Créé par la Région wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles en 2009, actif depuis 2010, il est un partenaire économique essentiel de la création chez nous. Sa directrice, Virginie Civrais en résume les points forts.

Virginie Civrais, vous dirigez ce fonds d’investissement à destinée créative, quelle est votre formation ?
Je suis diplômée de l’école du Louvre. J’aurais dû plutôt devenir conservateur, a priori.  J’ai d’ailleurs travaillé dans différents  postes culturels, jusqu’à la création de St’art, en 2009.

 

C’était une volonté de placer quelqu’un qui vient de la culture à la direction du fonds ?
Oui. C’est un modèle original. La culture, la créativité sont immatérielles. C’est un environnement atypique, ce qu’on a dans les mains n’a pas grand-chose à voir avec l’économie industrielle. Il est important d’avoir une approche compréhensive de ces produits particuliers, de ne pas se borner à une lecture comptable.  Mais si je suis bien sûr soutenue par une équipe de comptables et financiers.

Quelle est la genèse de ce fonds ?
Selon plusieurs études, de nombreuses sociétés n’étaient pas adaptées aux aides financières existantes. Entre les grosses machines, lieux, festivals qui reçoivent des subsides étatiques et les projets plus confidentiels recourant au micro-crédit, des projets intéressants avaient de réels problèmes de financement. Un jeune designer qui s’adresse à une banque, à moins d’hypothéquer sa maison, quand il débute, n’a pas de contrepartie à proposer. Voilà pourquoi ce fonds d’investissement sectoriel, destiné à ces entreprises particulières s’est développé.

Concrètement, quel est votre rôle ?
Faire effet de levier sur le secteur privé. Quand on valide un besoin de la part d’une entreprise, on estime que 50% de ce dont elle a besoin va venir du fonds, et 50% va venir du secteur privé, sous forme de capital ou d’endettement. C’était une volonté : que le secteur privé puisse prendre en main ces secteurs particuliers, créatifs. Pour qu’ils les connaissent mieux, nous organisons d’ailleurs des rencontres entre les deux.

Vous ne vous limitez donc pas à une action financière uniquement ?
Non. Au délà de ces rencontres créatifs/secteur privé, nous formons, aussi, comptables et financiers à ces domaines particuliers. Nous avons établi un guide afin d’aider les sociétés créatives à mettre en évidence leurs actifs, les présenter comme arguments de vente 

Vous êtes une sorte de traducteur, monde créatif vers monde économique, en quelque sorte ?
C’est tout à fait ça. On cherche à isoler les atouts d’une entreprise, ce qu’elle n’a pas encore pu démontrer nécessairement, son potentiel créateur, à destination des entrepreneurs privés. On valorise la dimension immatérielle de ces entreprises. On décode les choses pour les mettre dans le moule. Plus que valoriser, on traduit, effectivement.

Comment se passe concrètement les rencontres avec les entreprises qui s’adressent au fonds ?
Soit les sociétés nous intéressent, et on les contacte. Soit elles sont intéressées par nous, et nous approchent. On se rencontre. L’humain est essentiel.  Evidemment, le projet l’est aussi, la façon qu’il a de s’inscrire dans ce qu’on veut faire en termes de stratégie d’investissement –est-ce que c’est neuf, complémentaire avec ce qui existe déjà, etc. Mais on regarde avant tout l’équipe. Le porteur de projet. Parce qu’un porteur de projet qui tient la route, et surtout, sait s’entourer, c’est essentiel. On a déjà vu de belles propositions se casser la figure par manque de rigueur du porteur de projet.

Quelle est la qualité que vous recherchez, chez ces porteurs de projet ?
Qu’ils sachent s’entourer. Ce qu’on adore, c’est quand il est entouré d’un gestionnaire ET d’un commercial. Parce qu’il y a beaucoup d’amoureux de l’art, d’excellents créatifs qui n’ont malheureusement aucune idée de la manière de vendre leur produit.

Par Isabelle Plumhans

St'Art Invest

St'Art Invest

En collaboration avec

WBDM s’associe à Belgian Boutique pour promouvoir et diffuser la créativité et le talent belges à l’international.

Pour découvrir plus d’articles sur la créativité belge, rendez-vous sur Belgian Boutique.