Retour à la liste complète

Mya Bay. Vous avez un nouveau message. Mode - 12 janvier 2016

En 2012, en tandem avec son associé Bruno Collard, un homme de chiffres qui l'avait déjà suivie dans la création d'une boutique d'accessoires (qu'elle a vendue pour se consacrer totalement à son projet actuel), la Liégeoise Sophie Johnen lance une marque d'accessoires au nom volontairement exotique. Quatre ans plus tard, leurs bijoux sont vendus dans 26 pays.

MYA BAY, c'est une destination qui n'existe pas. C'est un lieu où des filles à la peau bronzée font du skate ou du surf. C'est un lieu né en 2011 dans la tête de Sophie Johnen, une voyageuse, boulimique d'images et de paysages. Une fille qui scanne le monde, les lieux branchés, les coins très en vue ou reculés pour en ramener le meilleur: une atmosphère, un esprit, un message. MYA BAY, c'est une ligne de bijoux simple, fun et sexy, à l'image de Sophie. C'est un label imaginé en Belgique, produit en France et distribué aux quatre coins du monde. Pour Sophie et son associé, tout commence avec un produit simple, efficace et dans l'air du temps: un bracelet en laiton à fermoir ajustable sur lequel Sophie fait graver des messages à la symbolique positive, fun ou ludique.

2011, 2012, 2013...

Sophie Johnen: "nous avons mis un an - de 2011 à 2012 - pour développer le concept, finaliser le prototype et déposer le modèle. Dès le lancement, nous avons tenu à engager une commerciale active sur le marché belge. Nous voulions une personne intégrée à l'équipe qui maîtrise le produit à la perfection et ne se consacre qu'à la diffusion de notre marque". D'emblée, le jonc MYA BAY séduit. Créative instinctive, l'oeil rivé sur les tendances streetstyle, Sophie a, au fil des saisons, élargi la gamme MYA BAY en ajoutant des colliers, des bagues, des boucles d'oreilles, des broches...

La force de MYA BAY: un esprit décalé incarné par des messages résolument positifs, mais aussi une volonté de laisser chacun libre de porter la marque comme il l'entend. Sophie Johnen: "Sur les réseaux sociaux, notre stratégie est simple: nous rapprocher des consommatrices en postant des photos qui illustrent la manière dont elles s'approprient la marque. Notre objectif est que le site, mais aussi Facebook et Instagram, deviennent une vitrine du caractère international de MYA BAY."

Objectif global

Bien que jeune et proche des tendances, MYA BAY ne dispose pas de son propre e-shop. Sophie Johnen: "Notre objectif est clairement de privilégier notre réseau de distributeurs en évitant de les phagocyter avec notre site de vente en ligne. En 2013, quelques mois après notre lancement, nous avions 100 points de vente. L'année suivante, nous avons ciblé la France et atteint notre objectif de 500 magasins. Aujourd'hui, nous avons dépassé ce nombre. Pour nous, 2016 est clairement l'année de l'internationalisation. Nous avons d'ailleurs passé les 12 derniers mois à renforcer notre équipe pour nous y préparer. Lors de la dernière édition du salon Who's Next à Paris, nous avons été approchés par les acheteurs des Galeries Lafayette: un tremplin idéal pour renforcer la visibilité de MYA BAY hors de nos frontières et surtout de l'Europe. Prochain défi: Baselworld, le grand salon international de la bijouterie en mars prochain. Notre but: positionner MYA BAY dans 50 pays d'ici 2017."

Marie Honnay

Take a walk collection 2015

Take a walk collection 2015

Take a walk collection 2015

Take a walk collection 2015

Plus d'infos

www.mya-bay.com



En collaboration avec

WBDM s’associe à Belgian Boutique pour promouvoir et diffuser la créativité et le talent belges à l’international.

Pour découvrir plus d’articles sur la créativité belge, rendez-vous sur Belgian Boutique.