Retour à la liste complète

Le moodboard de Pierre-Emmanuel Vandeputte Design - 01 avril 2015

(c) Delphine Mathy

Belge d'origine et d'adoption, Pierre-Emmanuel Vandeputte s'affiche comme un talent à suivre au prochain Salon de Milan. Décryptage du large mood board noir sur fond blanc qu'il affiche en page d'accueil de son site web.


Pourquoi ce mood board ?
Je trouvais intéressant d'afficher ma personnalité de façon un peu détournée, afin d'illustrer l'univers dans lequel naît mon travail.

Le Perfecto et la Stratocaster, tout ce côté rock'n'roll un peu oldschool, ça influence ce que tu fais ?
Disons que ça fait partie de moi en tant que designer. Je suis musicien depuis que je suis gamin, j'ai grandi avec la musique. Donc, indirectement, ça me nourrit. On m'a fait remarquer dernièrement que mes projets exprimaient une forme d'introversion, il y a peut-être un lien à faire avec le fait de s'extraire, de s'isoler pour pratiquer un instrument, je ne sais pas... J'ai fait ça pour exprimer mon style et ma personnalité ; c'était la manière la plus forte de l'exprimer en images, sans simplement dire "Salut, je suis un rocker".

En étant plus original que de mettre une photo de Marlon Brando dans La Horde Sauvage.
Voilà, c'est ça. Lui, il est assis sur sa moto, moi, sur ma chaise. Mais j'ai des Ray-Bans aussi.

Tu as aussi osé glisser un paquet de Lucky Strike.
Oui, en hommage au génie de Raymond Loewy, pour tout le côté iconique du logo. Même si j'en ai fumé pas mal à une période.

Venons-en à ce passeport belge qui...
Si tu regardes bien, il est Français : malgré mon nom flamand, je suis né en France. J’aime m’afficher en tant que Belge, jouer de cette étiquette. Ce n'est d'ailleurs pas un gros mensonge, mes origines sont belges et je suis installé ici depuis six ans.

A voir tes concepts, j'étais pourtant persuadé que tu venais de chez nous.
Les Belges cultivent une forme d'ouverture d'esprit que j'apprécie, je m’y retrouve. J'ai l'impression que certaines choses sont encore possible ici alors qu'elles ne le sont plus en France. Un mélange de chaos et de liberté que l'on ne retrouve plus à Paris, où tout est très codifié.

Parce qu'on se prend moins au sérieux ?
Exactement. Enfin, c'est une impression, je n'aime pas trop catégoriser les gens. Et je ne viens pas de Paris, mais de Cosnes-sur-Loire, tout près de Sancerre.

D'où la présence d'une bouteille de vin en homepage ?
J'ai tout de même gardé quelque chose de ma région viticole : le Sancerre, c'est ma bière à moi. Mais plus sérieusement, non seulement, je me plais bien ici, et c'est pour ça que je suis resté, mais on m'a aussi donné une chance de m'implanter. J'ai pu constituer un réseau grâce aux écoles, à WBDM ou au MADBrussels, qui m'a proposé une résidence, un espace où je peux travailler et développer mes projets.


Dans ton boulot, on peut souvent déceler un petit twist, un autre niveau de lecture, qui donne une côté poétique ou décalé à l’objet. Pourquoi ?
A la Cambre, j'ai reçu une formation de designer industriel et comme tout le monde, j’ai appris à dessiner de l’électroménager.  Mais pour moi tout l'enjeu de chaque nouveau produit, c’est de raconter une histoire. Pour le Belvédère par exemple, le concept est parti d'une recherche autour de la hauteur. Comment la transgresser et permettre à l'utilisateur de vivre une expérience ? La plupart de mes objets ont l'ambition d'offrir une expérience, dans ce cas-ci celle, d'observer les choses sous un autre regard et changer la perception de son environnement. J'aime ajouter une dimension sensible aux objets, mettre la logique industrielle au service d'une utilisation poétique.

Je t'interrompais en plein préparatifs... Qu'est-ce que tu présentes à Milan ?
J’ai fini, je suis prêt ! Pour ma première fois là-bas, j’aurai la chance d'y exposer mes productions à trois endroits différents. Tout d'abord au SaloneSatellite, sur le stand de Wallonie-Bruxelles Design Mode, avec le Belvédère, puis au Belgian Village de De Invasie avec le casque de liège, et enfin à la Zona Santambrogio avec une compagnie italienne, Do Ut Design, avec mon set de pique-nique. Tout part cette semaine pour Zaventem.

Par Maxime Fischer

Belvédère by PEVDP © Delphine Mathy

Belvédère by PEVDP © Delphine Mathy

Belvédère by PEVDP © Delphine Mathy

Picnic Set - PEVDP

Picnic Set - PEVDP

Picnic Set - PEVDP

Wine Carafe - PEVDP

Yearly Clock - PEVDP

Contact

www.pierreemmanuelvandeputte.com



En collaboration avec

WBDM s’associe à Belgian Boutique pour promouvoir et diffuser la créativité et le talent belges à l’international.

Pour découvrir plus d’articles sur la créativité belge, rendez-vous sur Belgian Boutique.