Retour à la liste complète

Gioia Seghers - Le raffinement, tout simplement. Mode - 09 mars 2015

Pour cette Belge diplômée de la Cambre il y a deux ans, la Fashion Week parisienne est l'occasion de présenter une troisième collection. Une collection hiver 2015/2016 gracieuse et peut-être un peu plus forte que la précédente, à l'image de son thème (l'univers des samouraï) et de son label en pleine croissance.

Lorsqu'elle prononce le mot "Maxmara", elle le fait avec une pointe d'accent qui rappelle ses origines italiennes. Dans le cas de Gioia, ce détail n'est pas si anodin que ça. Car l'amour de la mode, elle l'a reçu en héritage. De sa mère, fan de beaux vêtements, ceux qui durent et que l'on conserve longtemps. Comme ce fameux manteau Maxmara qui lui appartient aujourd'hui. Une pièce qui a construit son vocabulaire mode, son approche de la beauté, son degré d'exigence dans le choix de matières et dans la construction des coupes. A la sortie de la Cambre, en 2014, Gioia Seghers choisit de lancer sa marque. Soutenue par WBDM, elle présente sa première collection au showroom parisien No Season. Une collection composée, notamment, de sublimes manteaux en drap de laine (réminiscence de celui de son enfance), mais aussi de robes en dentelle ennoblies par l'ajout d'oeillets métalliques placés à la main.

Du kimono au samouraï

Un an plus tard, Gioia Seghers a réussi à faire grandir sa marque. Sans brûler les étapes. Entourée et soutenue par des gens en qui elle a confiance (Philippe Pourhashemi, son coach chez WBDM, la photographe Tine Claerhout ou encore le collectif Tadam Studio qui a scénographié ses campagnes), elle définit son univers avec de plus en plus de précision. La broderie anglaise, la résille, les matières légères et le kimono rouge de ce printemps-été laisseront la place, l'hiver prochain, à une palette plus colorée. "Ce kimono rouge, je pense qu'il m'a porté bonheur. C'est peut-être ce qui m'a donné envie de davantage de couleurs. Pour ce qui est de mon inspiration, elle est le fruit d'une rencontre. Chez l'une de mes clientes, j'ai découvert des armures de samouraï. La beauté de ces pièces m'a poussée à explorer ce thème. La collection hiver est naturellement inspirée de l'univers des femmes samouraï. C'est le contraste entre la force de ces guerrières et le raffinement de leurs vêtements qui m'a intéressée."

Un regard, un soutien

Pendant toute la phase d'élaboration de cette collection hiver, Gioia Seghers a pu bénéficier du soutien attentif de Philippe Pourhashemi. "Son regard est très important. Tout comme celui des personnes qui m'entourent. Ces échanges enrichissent mon processus créatif", confirme celle qui met un point d'honneur à présenter une collection produite entièrement à Bruxelles. "La confection a lieu dans un atelier avec lequel j'ai tissé des liens très forts. Toutes les finitions, je les réalise moi-même, à la main. Dont le placement des oeillets, très présents ce printemps/été". Cette saison, la créatrice l'a placée sous le signe de l'extrême légèreté et de l'easywear avec, tout de même, des détails extrêmement sophistiqués comme des rubans tissés dans une fine résille blanche. Fraicheur, pureté, sens du détail, exigence, précision, raffinement, séduction extrême. Définir le travail de Gioia Seghers ne se résume pas en une phrase. Mais si vous prenez le temps de vous arrêter devant une pièce qui porte sa signature, les mots deviennent superflus. Le charme opère. Simplement.

Par Marie Honnay

 

Plus d'infos

www.gioiaseghers.com



En collaboration avec

WBDM s’associe à Belgian Boutique pour promouvoir et diffuser la créativité et le talent belges à l’international.

Pour découvrir plus d’articles sur la créativité belge, rendez-vous sur Belgian Boutique.