Retour à la liste complète

Collectible Fair Brussels - Pleins feux sur le design de collection du XXIe siècle Design - 06 mars 2018

© Miles Fischler

La première édition de Collectible, un salon dédié aux galeries et aux créateurs spécialisés dans l'art et le design du XXIe siècle, entend offrir une expérience nouvelle et interactive aux visiteurs et collectionneurs. TLmag a interviewé Clélie Debelhaut, sa co-organisatrice, qui opère en tandem avec Liv Vaisberg, toutes deux fondatrices de cet événement novateur.

Créer une nouvelle foire est un défi. Qu'est-ce qui vous a motivées à vous lancer ?
Clélie Debelhaut : Pour Liv et moi, l'idée n'était évidemment pas de reproduire un concept déjà vu. Notre objectif a été de faire souffler un vent de fraîcheur sur le calendrier des rendez-vous programmés dans la capitale et à l'international autour de l'art et du design. Nous avons souhaité insuffler de nouvelles perspectives aux participants – à la fois galeries, designers et media – et renouveler l'expérience des visiteurs en les faisant sortir des codes des salons déjà existants dans ce secteur qui mêlent souvent trop le design vintage aux créations actuelles, plus expérimentales.

Pourriez-vous nous expliquer votre démarche plus en détail ?
Nous ne voulions plus d'un parcours linéaire classique, mais bien d'une véritable balade à la découverte des univers des exposants. Nous avons voulu nous ouvrir aux designers et aux galeries, mais aussi aux magazines et aux musées qui, contrairement à ce qui se fait dans d'autres foires, ne se contenteront pas de représenter un titre ou une institution. Nous leur avons en effet proposé de présenter une pièce-phare ou un projet conceptuel qu'ils auraient à cœur de défendre.

Cette approche novatrice est forcément liée à votre parcours à toutes les deux. Racontez-les en bref.
D'origine franco-hollandaise, Liv est aujourd'hui installée à Anvers. Juriste de formation, experte en droits d'auteurs, elle a, entre autres, orchestré le lancement de l'Independent Art Fair, le pendant bruxellois du salon américain éponyme organisé depuis trois ans pendant Art Brussels. Elle est également à l'origine de Complex, un service de conciergerie sur-mesure lié au marché de l'art. Quant à moi, je suis Belge. Diplômée en histoire de l'art à l'ULB, j'ai occupé le poste de directrice adjointe de la galerie Daniel Templon à Paris. J'ai eu l'occasion de développer des rapports privilégiés avec les artistes. Par la suite, j'ai été invitée à représenter une plateforme américaine de ventes d'œuvres d'art en ligne. C'est par ce biais que j'ai eu l'occasion de rencontrer des acteurs du milieu du design. Je me suis aussi rendue rendre compte qu'il manquait clairement à Bruxelles un événement lié au design de collection.

Quelle est la position de Bruxelles et de la Belgique sur ce marché en plein essor ?
En tant que capitale de l'Europe, Bruxelles a un capital indéniable. L'un des atouts de la ville, hormis son accessibilité depuis Paris et Londres, ce sont les espaces incroyables encore disponibles permettant d'organiser des manifestations telles que Collectible. Le bâtiment Vanderborght que nous avons choisi pour cette première édition couvre une surface de 4.600 mètres carrés sur 6 niveaux, en plein cœur de la ville, à deux pas de la Grand-Place. Baigné de lumière, son atrium nous permet de créer un parcours unique. Notre foire se visite comme une exposition. Du côté des collectionneurs, nous avons aussi noté un vrai intérêt des Belges pour le design contemporain. En Belgique, le public n'est pas bloqué par des a priori culturels. Le Belge a de l'humour et un sens du décalage qui le pousse à la découverte.

Le public associe souvent le design à des pièces du XXe siècle (Prouvé, Perriand, Eames...). Qu'est ce qui caractérise la création au XXIe siècle ?
Nous ne sommes qu'en 2018. Il est donc dangereux, à ce stade, de dégager de vraies orientations. Ce qui est déjà perceptible, à notre sens, c'est un retour à l'humain, à ce qui constitue la sensibilité de notre rapport à l'objet. Le collectionneur de pièces de design est sans doute moins braqué qu'auparavant sur l'idée de fonctionnalité. Par design de collection, l'on touche au registre de l'art et aux objets exclusifs qui sont des pièces uniques ou des éditions limitées, ce qui, de prime abord, pourrait prêter à confusion. Je pense aussi que le XXIe siècle ne sera pas placé sous le signe de grandes lignes stylistiques établies, mais bien de plusieurs styles qui cohabiteront en toute harmonie.

Que peut-on attendre de cette première édition de Collectible ?
Le monde du design contemporain reste encore très flou. Nous voulons donc favoriser les échanges, encourager les synergies et le développer un réseau fluide entre le public et les exposants, mais aussi plonger les visiteurs dans une scénographie particulière signée Richard Venlet, propice à la découverte et à une lecture singulière de l'espace. Notre objectif est également d'ordre didactique. Nous avons, dès lors, souhaité sortir du schéma classique des conférences pour proposer de véritables tables-rondes interactives. Nous avons également développé un partenariat avec l'agence de design culinaire La Bouche qui réalisera pour nous une scénographie tout à fait particulière dans notre espace de restauration.

Expliquez-nous le rôle de votre comité de sélection ?
En choisissant Tony Chambers, directeur du magazine Wallpaper et grand promoteur du design contemporain au niveau international, mais aussi le Belge Jan Boelen, directeur artistique du centre Z33 à Hasselt et du centre Luma à Arles, Maria Cristina Didero, une curatrice indépendante basée à Milan qui partage notre intérêt pour l'aspect conceptuel du design contemporain et enfin Pascale Mussard, directrice d'Hermès/petit h, un projet centré sur la dimension environnementale et luxe du design, nous avons opté pour un comité qui puisse valider la ligne directrice de l'événement en lui assurant un contenu qualitatif. L'enthousiasme de ce comité de sélection crédibilise notre projet tout en nous permettant de brasser les réseaux. Ce qui, je le rappelle, est l'un de nos objectifs premiers.

Par Marie Honnay

William Bagnoli - Berlin Collection

Maarten Stuer - Table, Gallery Atelier Jespers

Ben Storms - InHale Support © Filip Dujardin

© Hugard and Vanoverschelde

KUF Studios - Stone Cones

Kostia - Samothrace Table

Kustaa Saksi - In the Fish Trap 2013, Gallery Spazio Nobile © Jussi Tiainen

Maniera - Interior © Martina Bjorn

Sebastien Caporusso - Tripod Table

YMER&MALTA - Belle de Nuit Lamps

Lionel Jadot - Bonzai Lamp © Serge Anton

Plus d'infos

Collectible, du 7 au 11 mars 2018 dans les espaces du bâtiment Vanderborght à Bruxelles.

collectible.design



En collaboration avec

WBDM s'associe à TLmagazine pour promouvoir et diffuser la créativité et le talent belges à l'international.
Pour découvrir plus d'articles sur la créativité belge, rendez-vous sur TL Magazine.