Retour à la liste complète

Ateliers J&J - "Il y a de la place à prendre entre IKEA et Vitra." Design - 18 février 2015

J&J, comme Jean et Jonathan, un duo de solides gaillards potes depuis 15 ans, tous deux Français mais Bruxellois d'adoption, qui ont lancé leur propre affaire il y a trois ans. Une première collection pleine de promesses, un savoir-faire indéniable et une démarche sincère : ces garçons ont décidément tout pour plaire. 

C'est quoi, votre histoire ?
Jean : J'ai travaillé en Suisse, pour une grosse firme de meubles, que je montais à domicile chez les clients. J'ai rapidement pu m'apercevoir qu'ils achetaient tous les mêmes choses - assez chères, d’ailleurs, au vu de la qualité proposée. A partir de là, j’ai décidé de me lancer dans la fabrication de meubles, sans aucune prétention ni intérêt particulier pour le design, auquel j’étais totalement étranger.

Comment avez-vous décidé de collaborer ?
Jonathan : J’avais eu l’occasion de me familiariser avec la menuiserie lors de boulots précédents, et Jean a débarqué un jour en me parlant de son envie de réaliser des meubles en bois et en métal. Il me l’a proposé comme ça, comme il aurait pu dire  « Tiens, si on se mettait au tennis ? ». Mais c’est vite devenu sérieux.

Comment définiriez-vous votre philosophie de travail ?
Jonathan : On est partis d'un constat : il existe un fossé énorme entre les meubles de grande distribution et les pièces de designers qui coûtent une fortune. Pourquoi ne pas essayer de se positionner entre les deux extrêmes, et tenter de travailler de bons matériaux dans une gamme de prix abordable ?
Jean : Les produits destinés au plus grand nombre ne doivent pas nécessairement être cheap et laids, il y a de la place à prendre entre Vitra et Ikea.

Et vous avez démarré comme ça ?
Jonathan : On est vraiment partis de rien. On est autodidactes tous les deux, sans aucune formation à part quelques notions de construction. Il a fallu investir dans des outils et des bouquins, qui nous ont appris les standards appliqués dans le monde du meuble, du confort des chaises aux hauteurs des bureaux.

Comment avez-vous financé vos débuts ?
Jean : On a mis deux ans à monter le projet, payer l'atelier et les machines, notamment en bossant sur des chantiers. Il a fallu apprendre à manipuler une machine de cintrage, on a fait pas mal d'essais et des milliers d’erreurs…
Jonathan : Puis au bout de deux ans,  on a réussi à sortir une gamme de huit pièces, qui nous paraissait la plus cohérente possible, tant au niveau esthétique qu’à celui des prix. Alors on s’est jetés à l’eau. Grâce à une sorte de mécène, on a pu trouver un lieu et on a monté notre propre exposition, autogérée et autofinancée.  

Et comment ça s’est passé ? Quelle a été la réaction du public ?
Jonathan : Dès cette première expo, il y a eu un intérêt, les gens ont immédiatement accroché.
Jean : Avant ça, on ne savait pas si on tenait quelque chose de valable et ces échos positifs prouvaient enfin qu'on n'avait pas passé deux ans à s’endetter et à bosser des milliers d’heures pour rien.

Vous pouvez donc vous y consacrer à temps plein ?
Jonathan : Ca fait huit à dix mois qu'on en vit, on peut maintenant s'y consacrer à 100%. On a parfaitement conscience que c’est une chance énorme. Mais il faut aussi reconnaître qu'on bosse comme des fous : on prend le train de 6h30 pour aller à l’atelier, et on ne compte certainement pas nos heures. C’est un choix, ça en vaut le coup.

Quels sont vos projets pour 2015 ?
Jean : On prévoit la sortie d’une deuxième gamme pour septembre, qui comprendra des systèmes d'aménagement intérieur, ainsi qu'une collection de meubles démontables. Après la Biennale de Courtrai, on vient de revenir de l’IMM de Cologne et on aura bientôt la chance de participer au Salone Satellite de Milan avec Belgium is Design et WBDM. On se sent prêts, on veut montrer notre travail et se faire connaître. En fait, on cherche plus une certaine visibilité qu’un éditeur. 

Texte de Maxime Fischer

Crédits photos : Christophe Coënon

 

Plus d'infos

www.ateliersjetj.com



En collaboration avec

WBDM s’associe à Belgian Boutique pour promouvoir et diffuser la créativité et le talent belges à l’international.

Pour découvrir plus d’articles sur la créativité belge, rendez-vous sur Belgian Boutique.